UHAUHA

    Email

    Ça s'est passé à l'UHA

    Accueil Actualités & agenda Ça s'est passé à l'UHA Suivez 3 doctorantes UHA au concours Ma thèse en 180 secondes
    Ma thèse en 180 secondes

    Suivez 3 doctorantes UHA au concours Ma thèse en 180 secondes

    Trois doctorantes de l'Université de Haute-Alsace participent à l'édition 2021 du concours Ma thèse en 180 secondes. Découvrez leurs portraits et suivez leurs parcours.

    Céline Vogel

    L'expérience de Céline Vogal à la finale régionale de Ma thèse en 180 secondes

    Céline Vogel est doctorante en Sciences de gestion et du management depuis septembre 2020 au CREGO - Centre de Recherche en Gestion des Organisations (antenne UHA). Elle exerce en parallèle son activité professionnelle au sein d'une multinationale allemande en Suisse.

    Elle a participé à l'édition 2021 du concours "Ma thèse en 180 secondes". Ce concours offre la possibilité aux doctorantes et doctorants de présenter leur sujet de thèse au grand public. Ils ont trois minutes pour expliquer leur thèse à travers un exposé clair et concis.

    Le sujet de thèse de Céline porte sur les travaux de recherche traitant de l'appropriation des outils de contrôle à l'université, compte tenu des différences de culture professionnelle des acteurs de l'enseignement supérieur.

    Céline a d'abord franchi l'étape de pré-sélection qui s'est tenue le 9 mars 2021. Elle a donc, de facto, participé à la finale régionale qui s'est tenue le 18 mars 2021 à Strasbourg et qui a pu être suivie en direct sur YouTube. Revivez la finale régionale

    Cette édition alsacienne 2021 a été co-organisée par le Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg et la délégation Alsace du CNRS, en partenariat avec l’Université de Haute-Alsace.

     

    Comment avez-vous vécu votre journée du 18 mars ?

    Un peu stressante quand même, mais avec les autres candidats nous nous sommes super bien entendus et avons passé un très agréable moment. Je ne ressentais pas du tout d'esprit de compétition : c'était vraiment très amical, même à la fin lorsque le verdict est tombé. Nous nous sommes échangés quelques contacts via les réseaux sociaux et nous retrouverons très certainement lors de futurs événements pour sensibiliser le grand public à la recherche.

    Avez-vous été "impressionnée" par la caméra ? Vous êtes-vous sentie à l'aise ?

    Oui, c'était plutôt stressant, car on savait les centaines de spectateurs derrière cet écran. Mais ça a été, comme je m'étais bien préparée. Cependant, cela reste une expérience spéciale qu'on a peu l'habitude de faire.

    Quelles remarques pourriez-vous vous faire suite à votre passage ? Êtes-vous satisfaite de vous ?

    Mon objectif était de dire mon discours sans hésitations et avec plus ou moins de décontraction. Je pense n'avoir pas trop mal réussi... Donc oui, plutôt satisfaite, même si je n'aime pas du tout me voir à l'écran.

    Que vous a apporté cette participation ? Quelle(s) leçon(s) conservez-vous suite à votre participation ?

    Prendre davantage confiance en moi, gagner de l'aisance à l'oral, présenter des éléments clairement et de manière concise... et tellement plus. Je me rendrai certainement compte de cela dans les temps à venir, avec le recul.

    Je retiens surtout qu'il n'y a pas qu'une seule façon de gagner. Si on ouvre suffisamment grand son esprit et son cœur, il y a tellement à recevoir. Il faut avoir confiance et si un projet tel que celui-ci nous interpelle, il faut y aller et ne pas se mettre soi-même des freins.

    Si tu aimes communiquer, faire des rencontres enrichissantes et sortir de ta zone de confort, MT180 est une expérience faite pour toi ! Tu apprendras à gagner de l'aisance à l'oral, ainsi qu'à partager des connaissances, le tout dans un cadre bienveillant et chaleureux.

    Revivre le passage de Céline

    Céline Vogel, sélectionnée pour participer à la finale régionale de Ma thèse en 180 secondes 2021

    Céline Vogel, doctorante en Sciences de Gestion et du Management à l'antenne UHA du Centre de Recherche en Gestion des Organisations (CREGO) a été sélectionnée, le 9 mars 2021 pour participer, le jeudi 18 mars 2021, à la finale régionale alsacienne du concours Ma thèse en 180 secondes. Petit retour sur son expérience de la sélection du 9 mars 2021 :

    "J'y suis allée dans un état d'esprit assez curieux. J'avais envie de savoir quelle forme la présentation allait prendre, de découvrir les coulisses et les membres de l'événement, puisque tout s'était passé en distanciel jusque-là.

    La phase de pré-sélection s'est déroulée en comité restreint, à Strasbourg : 2 personnes du comité d'organisation, 2 agents techniques pour réaliser la vidéo et 3 candidats convoqués par heure, afin que nous ne soyons pas trop nombreux à nous croiser.

    Il y a eu deux journées complètes de formation pendant lesquelles nous avons été sensibilisés sur la forme et le fond que devait prendre notre présentation, à savoir comme vulgariser et rendre accessible à tous notre sujet de recherche. Il y a ensuite eu quelques appels téléphoniques et mails échangés afin d'effectuer des retours et améliorations sur nos textes.

    Une grande partie de la préparation a consisté en la rédaction du texte. Il y a eu plusieurs versions, jusqu'à aboutir à celle présentée le 9 mars. Les membres de l'organisation nous ont fait des retours et proposé des pistes d'amélioration. Les candidats ont également pu échangé entre eux lors des deux journées de formation. Puis, une fois le texte finalisé, il a fallu l'apprendre par cœur, afin de pouvoir le restituer de manière agréable, sans hésitations et en moins de 3 minutes. Cela a été la deuxième grande partie de la préparation.

    Deux jours après l'enregistrement de la vidéo, un jury a visionné l'ensemble des vidéos et fait son choix. J'ai été contactée par téléphone par une des personnes de l'équipe d'organisation, qui m'a annoncé que j'avais été sélectionnée pour participer à la finale régionale.

    J'avais vraiment très bien appris mon texte, que je connaissais sur le bout des doigts, donc je pensais m'être plutôt bien préparée pour cette première sélection. Cependant, on ne sait jamais comment on va réagir le jour J, si le stress va nous faire hésiter ou oublier une partie du texte.

    Je me réjouis de cette journée du 18 mars, car nous allons vraiment la passer ensemble en présentiel, afin de nous préparer au mieux pour la soirée de finale. Je suis impatiente à l'idée de rencontrer les autres candidats (que je ne connais pas !) et de partager cette énergie et cet enthousiasme ensemble. Mais je dois avouer que le stress monte aussi j'espère être à la hauteur et faire honneur aux personnes qui m'ont soutenue, en faisant une belle prestation.

    Il y aura 3 membres du jury dans la salle avec nous lors de notre passage pour la finale (derrière la caméra qui nous filmera pour retransmettre en direct). Donc on ne sera pas vraiment seuls, mais nous devrons regarder la caméra et non les membres du jury ! J'aurais préféré m'adresser à un "vrai" public en face de moi, plutôt qu'à une caméra, car la caméra ne vous donne aucun signe, pas de sourire, pas d'échange de regard et en plus vous devez fixer le même point pendant 3 minutes.

    Je continue de répéter plusieurs fois par jour mon texte, tout en faisant attention à ma gestuelle. Et surtout je me dis que je dois vraiment prendre du plaisir à cet exercice."

    Suivez l'événement en direct le jeudi 18 mars 2021 à 18h sur la chaîne YouTube du Jardin des Sciences et soutenez Céline Vogel sur la plateforme de vote.

    Portraits

    Je m'appelle Marion Hertzog, j'ai 25 ans et je suis doctorante contractuelle depuis un an et demi environ. Je consacre donc tout mon temps à ma thèse et je donne quelques cours au sein du département Hautes Études de Gestion de la Faculté des Sciences Économiques, Sociales et Juridiques (FSESJ) de l'UHA en licence et en master.

    Je réalise ma thèse au sein du CREGO, le Centre de Recherche en Gestion des Organisations, qui est divisé en plusieurs axes thématiques de recherche. Je fais donc partie de l'axe PICCO - Pilotage, Comptabilité et Contrôle des Organisations. C'est un laboratoire un peu particulier puisqu'il est dit "à triple tutelle": il dépend à la fois de l'Université de Bourgogne, de l'Université de Franche-Comté et forcément de l'Université de Haute-Alsace.

    Ma thèse traite du rôle de la transparence dans l'appropriation des outils de contrôles. J'étudie donc la mise en place des outils de contrôle auxquels nous avons presque tous déjà eu affaire dans les entreprises (Progiciels de Gestion Intégrés, certifications, logiciels de gestion, tableaux de bords, indicateurs de performances etc.). Je m'intéresse à la transparence de ces outils mais aussi à la façon dont il sont communiqués. Cela, dans l'objectif de permettre un usage simplifié de l'outil ou de la technologie en donnant les clés aux utilisateurs pour comprendre à la fois l'environnement évolutif des organisations mais aussi de leur permettre de participer à la construction et à la vie de ces outils.

    J'ai souhaité participer au concours Ma thèse en 180 secondes pour plusieurs raisons. Premièrement, il est nécessaire de savoir vulgariser son travail, sinon, en thèse, on a tendance à se sentir très seul. On a des sujets de recherche très précis que notre entourage ne comprend pas forcément mais surtout, ils ne comprennent pas toujours notre quotidien. Ma thèse en 180 secondes nous ouvre une porte pour partager ce quotidien, alors peu importe jusqu'où on ira dans le concours, le travail de vulgarisation est important selon moi. Et deuxièmement, parce que je suis sûre que cela va me permettre d'améliorer mon travail... Faire une thèse ne permet pas forcément de s'évaluer comme dans le reste de notre cursus universitaire, alors là, c'est l'occasion de le faire, de découvrir les travaux d'autres doctorants et d'avoir d'autres points de vue. Je suis convaincue que ce travail de vulgarisation permet de prendre du recul sur ses recherches lorsque parfois, on est beaucoup trop plongé dans notre travail.

    Cette année, la présentation sera un peu particulière puisqu'elle se fera sur un plateau sans public à cause de la situation sanitaire. Cependant, je pense rester très simple, aller à l'essentiel, rendre mon travail accessible à tous, puisque j'ai l'impression qu'il peut concerner beaucoup de personnes. Mon objectif est de ne pas dénaturer ma personnalité et de ne pas dénaturer mon travail.

    J'espère pouvoir apprendre à parler au mieux de mes travaux de recherches à des personnes qui ne sont pas issues du même milieu professionnel que moi. J'espère aussi que mon sujet parlera à certaines personnes et pourquoi pas échanger autour de mes recherches avec quelqu'un ayant un regard externe à ma thèse.

    Je m'appelle Laura Mourot, j'ai 28 ans et je suis en troisième et dernière année de thèse au Laboratoire d'Innovation Moléculaire et Applications (LIMA)

    Mon sujet de thèse s'intitule : "Optimisation d'un nouvel agent antipaludéen à action rapide et bloquant la transmission de Plasmodium & exploration de son mode d'action. Cas de MMV667858 en série quinazolinedione". C'est un sujet de chimie organique et de chimie médicinale visant à proposer un potentiel candidat médicament pour lutter contre le paludisme.

    J'ai souhaité participer au concours MT180 d'une part car c'est un bon exercice de vulgarisation (et ce serait pour moi la première fois que je m'adonne à cet exercice) et la vulgarisation, c'est très important surtout actuellement. D'autre part, certes, ce concours est sérieux et je le prends au sérieux mais c'est aussi l'occasion de rencontrer des doctorants de toutes disciplines et de s'amuser en parlant de nos thèses d'une toute autre manière qu'habituellement (lors de congrès scientifiques par exemple ou avec des collègues...).

    J'ai déjà des idées de la manière dont je vais présenter ma thèse devant le public : je vais parler de Lego... oui, oui, de Lego.

    Ce concours est pour moi l'opportunité de faire face à ma timidité et de partager ma passion. Ce sera un bon exercice pour faire face au stress et de toute façon une belle expérience.

    Je m'appelle Céline Vogel, 33 ans. Je suis employée marketing dans une multinationale allemande en Suisse et doctorante depuis septembre 2020 au CREGO (antenne UHA) en Sciences de Gestion et du Management.

    Mon sujet de thèse porte sur les travaux de recherche traitant de l’appropriation des outils de contrôle à l’université, compte tenu des différences de culture professionnelle des acteurs de l’enseignement supérieur.

    J'aime beaucoup les challenges, les expériences qui m'amènent à sortir de ma zone de confort. Les formations qu'offre la participation à ce concours sont très enrichissantes. Nous apprenons la prise de parole en public et à adapter notre langage en fonction de ceux qui nous écoutent. Il y a également une bonne ambiance au sein du groupe de doctorants, ce qui est très appréciable, surtout qu'à ce stade de mes travaux, je suis souvent seule et avec peu d'interactions avec d'autres doctorants. Participer à ce concours apporte beaucoup de motivation.

    Mon texte de 3 minutes est déjà rédigé mais j'y apporte encore régulièrement des modifications pour le rendre le plus clair et attrayant possible. Je dois également apprendre à "jouer" mon texte devant la caméra pour le jour J de la pré-sélection.

    J'attends de ce concours d'avoir davantage d'aisance dans la prise de parole en public, être consciente de la gestuelle qui accompagne la parole et mieux la maîtriser. Et surtout de faire de belles rencontres, enrichissantes sur le plan humain.