GEPROVAS – Études de prothèses cardio-vasculaires

Geprovas - LPMTL’association GEPROVAS, Groupe Européen de recherche sur les Prothèses appliquées à la chirurgie Vasculaire, dont des enseignants-chercheurs de l’Université de Haute-Alsace au LPMT font partie, étudie des centaines d’explants venus du monde entier. Un explant est un dispositif médical utilisé dans le domaine cardio-vasculaire. L’objectif est de comprendre pourquoi ces prothèses ont dû être retirées et remplacées, qu’est-ce qui a amené à leur dégradation. Si l’équipe réussit à comprendre cela, elle pourra ainsi apprendre comment fabriquer des prothèses de meilleure qualité et faire une déclaration de matériovigilance lorsqu’elle est nécessaire.

Toute les informations analysées sont stockées dans une banque de données confidentielle qui permet, par la suite, les recoupements. Le Geprovas dispose aujourd’hui de la plus grande base de données d’explants en Europe. Il se penche notamment sur le thème “Innovation en santé : soignons nos talents”.

Notre but est de développer une recherche qui apporte une richesse sur le territoire, nous voulons créer un vivier qui permette d’innover.Professeur Nabil Chakfé, président du Geprovas

La notoriété du Geprovas n’est ainsi plus à prouver puisqu’elle a largement dépassé les frontières. La société américaine WLGore, par exemple, qui fabrique le Goretex, envoie désormais directement ses explants à Strasbourg pour analyse.

Collaborations

L’équipe entretient une forte collaboration avec l’Université de Haute-Alsace (UHA) via son École Nationale Supérieure d’Ingénieurs Sud-Alsace (ENSISA) et son Laboratoire de Physique et Mécanique Textiles (LPMT) à Mulhouse. L’équipe s’est en effet formée autour d’universitaires, parmi lesquels Frédéric Heim, enseignant-chercheur au LPMT, qui travaille sur l’aspect recherche fondamentale, en particulier sur l’aspect textile des explants.

Le développement de ce programme est également soutenu par de nombreux acteurs régionaux comme l’Université de Strasbourg au travers de sa Faculté de médecine, l’Eurométropole de Strasbourg ou encore la Région Grand Est. Au niveau national, le pôle de compétitivité BioValley France soutient aussi le Geprovas dans la recherche de financements : ceux-ci permettent d’acquérir des équipements complémentaires et de financer le fonctionnement de cette structure à but non lucratif.

Le Geprovas espère que l’écosystème ainsi en place permettra de créer des start-up telle que ID-NEST Medical, créée en 2014 et qui se spécialise dans le développement de dispositifs médicaux implantables et innovants dans le domaine vasculaire.

Formation

Enfin, le Geprovas s’engage sur le domaine de la formation en chirurgie vasculaire mini-invasive guidée par l’image. Pour cela, il propose un simulateur basé sur un programme développé en collaboration avec les Universités de Stanford et Houston. Celui-ci forme les jeunes internes aux bons gestes en répétant les procédures et en enregistrant leurs mouvements. Un débrief est ensuite effectué grâce à ces enregistrements, ce qui permet de pointer aussi bien les erreurs que les points forts.

Parce que notre règle est de ne jamais pratiquer sur l’humain en premier.Professeur Nabil Chakfé, président du Geprovas

 

Eric Neel a été nommé directeur du Geprovas et a pour objectif de développer l’activité de ce projet atypique et complexe, “essentiel pour notre territoire” selon le directeur du Pôle BioValley France. Pour cela, l’association cherche à acquérir des équipements complémentaires et financer le fonctionnement du laboratoire en faisant appel à la générosité du public.