Cycle Cinéma et anthropologie – Cinémas du réel et de l’invisible

Penser l’image et le monde

Cycle Cinéma et anthropologie 2019La Faculté de Marketing et d’Agrosciences (FMA) et le Service Universitaire de l’Action Culturelle (SUAC) de l’Université de Haute-Alsace propose, d’octobre à décembre 2019, un cycle de 5 séances autour de la thématique “Cinéma et anthropologie – Cinémas du réel et de l’invisible : Penser l’image et le monde“.

Le cinéma n’est véritablement un art que s’il rend capable de témoigner, non seulement pour notre temps, mais pour les temps morts entre les événements ; s’il restitue au temps son travail, son attente quand les hommes ne sont pas arrivés ou sont partis précipitamment ; s’il raconte aussi des histoires qui ne sont pas historiques ; s’il sait prendre l’Histoire aux moments où émeutiers et historiens s’en détournent. Il a pour but de nous arracher à ce faux mandat que la société ivre de ses recettes tente de nous imposer. Il doit nous décaper, nous remettre à nu, nous ramener à nos origines, à notre émerveillement. Le cinéma n’est pas seulement divertissement mais avertissement. Il a ses nativités. Le cycle « Cinéma et Anthropologie » est un outil de sens critique pour faire prendre conscience des asservissements qui ligotent notre pensée, pour encourager à faire sauter tous les verrous dès que l’on porte un autre regard sur le présent, que l’on déplace des récits d’un registre à un autre, que l’on creuse plusieurs sillons de temporalité. Car la fiction se nourrit sans arrêt du réel, et le réel détourne constamment l’écrit de fiction.

La FMA et le SUAC de l’UHA vous proposent de partager leur conviction que le cinéma doit nous faire comprendre à tous que l’homme est l’attentif passager d’une terre dont les clefs ont été perdues par étourderie, que l’écran n’est pas un linceul ou un bâillon mais la toile derrière laquelle tout peut bouger, se réveiller.

Participer à ce cycle de 5 séances présentées et animées par Claude Nosal, professeur émérite des universités. Ce cycle, ouvert au public depuis 2016, s’intègre dans les cours de communication d’Hadj Dahmane, maître de conférences à la FMA.

À l’issue de la projection, commentaires et débats autour du film s’enrichissent des échanges entre les étudiants et le public.

Programmation

Après la guerre
le 2 octobre 2019 à 15h
En savoir plus
La fête du feu
le 16 octobre 2019 à 15h
En savoir plus
Der grüne berg - Trilogie 3
le 6 novembre 2019 à 15h
En savoir plus
Un havre de paix
le 27 novembre 2019 à 15h
En savoir plus
My sweet pepper land
le 11 décembre 2019 à 15h
En savoir plus

Derrière les images : qu’y a-t-il ?

La programmation du cycle « Cinéma et Anthropologie » privilégie tout ce qui porte une ombre, ce qui est complexe, qui oblige à forer pour comprendre : vise à ce que les films choisis deviennent comme ces grandes œuvres dont Georges Steiner dit, parlant de Tolstoï et de Dostoïevski, « qu’elles nous traversent comme des tempêtes. Elles ouvrent d’un coup les portes de la perception ».

Stammtisch

Pour aller plus loin, un stammtisch ou cercle d’apprentissage est proposé en ligne (blog) en appui du cycle ; mais aussi en présentiel, en fin de cycle. Ce « stammtisch » propose de re-visiter ensemble ces images qui nous séduisent, nous frappent, nous révèlent et nous asservissent. Il s’agit non pas de re-visiter sur le mode uniquement critique, mais surtout rendre visite à cette zone instable où la notion de temps se dilate à l’infini, où le réel se réduit en termes de possibilités, un moment où tout peut disparaître mais où tout est encore là, à portée de vue. Il s’agit d’avancer à reculons pour tenter de reprendre à rebours les images avec sa sensibilité, ses fragilités, ses envies, ses refus, son discernement. Une phrase du poète allemand Hölderlin nous sert de boussole : « Là où croît le danger croît aussi ce qui sauve » parce que « ce qui nous manque, disait Maeterlinck, c’est l’attention et le recueillement, et un peu d’ivresse d’âme ».