2 panneaux solaires à l’IUT de Mulhouse

En route vers l’autoconsommation intelligente !

2 panneaux solaires à l'IUT de MulhouseSuite à la loi ratifiée en février 2017 favorisant l’autoconsommation d’électricité individuelle ou collective sur un même site, deux panneaux solaires (ou MobasolTM S) de la société Mobalsolar ont été installés à l’IUT de Mulhouse dans le cadre du projet « Démonstrateur pour l’autoconsommation de l’énergie photovoltaïque », le 25 juin 2018.

L’Université de Haute-Alsace est la première université française et la deuxième au monde à avoir obtenu la certification ISO 50001 pour le management de l’énergie. Cette dynamique se renforce par un projet pilote sur l’autoconsommation. Produire et consommer de l’énergie au même endroit allège le réseau électrique et réduit l’empreinte carbone. De plus, une gestion intelligente de l’énergie électrique produite et consommée est indispensable afin de mieux rentabiliser les investissements.

Pour répondre à ce besoin d’autoconsommation, les MobasolTM S sont constitués de panneaux photovoltaïques produisant 2400kWh , dotés de suiveurs du soleil augmentant leur performance de 40%, de micro-onduleurs et de batteries de stockage.

Cette production permet d’alimenter les bornes de recharges du véhicule électrique de l’IUT, les vélos électriques du personnel et des étudiants, les appareils électroniques du personnel et des étudiants. Le surplus produit est stocké dans des batteries ou injecté dans le réseau de distribution.

L’Université de Haute-Alsace est un acteur du territoire sur les mobilités et l’énergie. Ce projet s’intègre au démonstrateur du campus nommé SMART-UHA (Services Mobilités Autonomies Réseaux Transports), il renforce la démarche éco-campus en regard des objectifs de développement durable du « Grenelle environnement ». Ainsi, l’UHA va devenir un protagoniste reconnu dans le domaine des « smart Grid », tout en impliquant les étudiants et le personnel pour une démarche écocitoyenne.

Ces panneaux photovoltaïques vont être exploités à deux niveaux :

Celui de la recherche :
Les chercheurs de l’Université travailleront sur différents aspects comme développer de nouveaux concepts en partenariat avec les PME et les exploitants du réseau électrique, mesurer et analyser la qualité des signaux, gérer et optimiser l’énergie, et définir la manière de représenter les données et mesurer l’impact sociologique de la fracture énergétique
Celui de l’enseignement :
Le projet impliquera de façon disruptive des étudiants en sciences de l’ingénieur et en sociologie, du DUT à la Licence Professionnelle jusqu’au Master, Ingénieur et Doctorat.